Iqad al-Himam : Sagesse 36

Publié le 14/03/2018 par Karim C 0

Sagesse précédente Sommaire Sagesse suivante

Il vaut mieux fréquenter un ignorant qui n'est pas satisfait de lui-même plutôt qu'un savant imbu de sa personne.

Je dis que la compagnie de celui qui n'est pas satisfait de lui-même est un bien pur, du fait que le compagnon a atteint la sincérité. On s'en imprègne alors jusqu'à ce qu'elle nous pénètre totalement et que l'on appartienne au groupe des gens de l'élite. La compagnie de quelqu'un qui est satisfait de lui-même est un pur mal, même si la personne en question a le plus de science sur terre. On est marqué à notre insu par cette empreinte, et une marque se souscrit à une autre. L'ignorance qui se rapproche de la Présence divine est meilleure que la science qui éloigne de la Présence divine. C'est pour cela que certains connaissants ont dit : « Les personnes les plus voilées de Dieu sont les savants, puis les adorateurs, puis les ascètes, puisqu'ils se cantonnent à leur science, à leurs adorations et à leur ascétisme. » L'ignorance qui fait parvenir à Dieu est en réalité la véritable science, et la science qui voile de Dieu est en réalité la véritable ignorance, et c'est pour cela que Ibn 'ata Illah a dit : 

De quelle science dispose celui qui s'agrée ? Quelle est l'ignorance de celui qui est mécontent de sa personne ?

La science du savant qui cause l'autosatisfaction devient alors un voile qui lui cache son Seigneur. Ne plus être satisfait de soi-même entraine une recherche des vices de son égo, et un affranchissement de sa servitude. La personne devient un véritable adorateur. C'est alors qu'Il l'aime et qu'Il l'élit à pouvoir accéder à Sa Présence, Il lui offre le privilégie de Son Amour, et Il lui permet d'accéder à Sa Science cachée, car Il est le plus connaissant de Sa Création. Et Dieu est le plus savant. Quand le serviteur se débarrasse de ses attributs et de ses penchants terrestres et charnel il se rapproche de la Présence de son Seigneur du fait que son cœur s'assainit et s'illumine des lumières divines. Il efface ensuite son existence dans celle de son Bien-Aimé, et sa contemplation dans celle Du Seul Digne d'être adoré. 

Les fruits du renoncement : Le maître que Dieu l'agrée dit :   

Sagesse précédente Sommaire Sagesse suivante

Commentaires (0)

Nouveau commentaire