Iqad al-Himam : Sagesse 38

Publié le 22/03/2018 par Karim C 0

Sagesse précédente Sommaire Sagesse suivante

N'aspire pas à un autre que Lui, le Généreux n'est jamais dépassé par les espoirs.

Le fait de ne pas « aspirer », signifie aussi abandonner. L'intention c'est l'aspiration et son objectif par laquelle on est dirigé. L'aspiration c'est la force que l'on envoie, que l'on projette dans l'accomplissement des objectifs. L'espoir fait partie de ce qui est attendu par ceux qui recherchent Dieu, c'est ce qui est visé. Ne jamais être dépassé, cela signifie que l'espoir qu'il y a autour de Lui ne le quitte pas au détriment d'un autre que Lui.

Je dis : Ô Disciple si tu fixes ton aspiration sur une chose avec la volonté de l'obtenir, remet là à Dieu. Ne t’attache à rien d'autre que Lui. Gloire à Lui. Ses bienfaits et ses dons sont constamment dispensés avec générosité au fil des jours et des nuits. Il est toujours source d'espoir. Il aime qu'on Lui adresse des demandes, on doit donc Lui faire des requêtes. Des savants ont expliqué Son Nom le Généreux (Al Karim) en disant : « Il est Celui qui donne lorsqu'on demande, sans se soucier de la quantité et à qui Il donne. Par contre Il n'est pas satisfait lorsqu'on adresse notre besoin à un autre que Lui. » Lorsqu'Il t'éloigne de quelque chose c'est qu'Il t'a pardonné et absout avec indulgence un pêché. Lorsqu'Il fait une remontrance, Il ne te bannit pas pour autant. Ceci est une part de Sa parfaite générosité, et de Sa grâce et Sa bienveillance complète. C'est aussi une faveur totale. Sidi Ibrahim Tazi en parle dans sa « qasida » puisqu'il dit :                       

« La perfection de Dieu vient parfaire toute vertu.
Car c'est Dieu qui possède incontestablement la perfection.
L'amour de Dieu vient honorer chaque ami intime.
N'oublie pas de t'orner de la parure de la dignité.
Le rappel (dhikr) de Dieu est une pommade pour toutes les blessures.
Et plus bénéfique que la cautérisation par les flammes.
Il n’y a que Dieu qui existe véritablement.
Alors éloigne-toi de toute prétention, et de tout prétentieux. » 

Le second fait : ne plus se plaindre à un autre que Dieu.  

Je dis : tu sais maintenant que tout ce qui est autre que Dieu n'est qu'un spectre illusoire, sans existence véritable. Quand Dieu descend sur toi un besoin, une nécessité, comme la pauvreté extrême ou une difficulté ou tout autre contraintes de ce genre, alors dépose-le à Dieu et soumet-le à Sa volonté, et fais en abstraction en te concentrant sur l'évocation de Dieu. Ne te tourne pas vers un autre que Lui, en t'y attachant et en le flattant. Une tradition prophétique (hadith) nous dit « Celui qui n'adresse pas ses demandes à Dieu, Celui-ci se fâche contre lui. » Abou 'Ali Daqqaq a dit : « Un des signes de la connaissance spirituelle c'est de ne demander ce dont tu as besoin qu'à Dieu, qu'il soit grand ou infime. » Prenons l'exemple de Moise, que la paix soit sur lui, quand il a désiré ardemment la vision de son Seigneur il dit : « Mon Seigneur ! Montre-toi à moi pour que je Te contemple. » Un jour il eut besoin d'un pain et il dit alors « Mon Seigneur, j'ai grand besoin du bien que Tu as destiné de descendre pour moi »   

Le maître Ibn 'Ajiba s'étonna de celui qui demande d'être dispensé de ce que Dieu a déjà statué à d'autres que Lui en dépit de leur impuissance et de leur faiblesse il exprime son étonnement ainsi : (Sagesse suivante)

Sagesse précédente Sommaire Sagesse suivante

Commentaires (0)

Nouveau commentaire