Iqad al-Himam : Sagesse 42

Publié le 28/03/2018 par Karim C () Partager

<< Sagesse précédente Sommaire Sagesse suivante >>

Ne quitte pas un monde pour un autre car tu serais comme l'âne qui tourne autour de la meule à grain, son point d'arrivée c'est son point de départ. Voyage de la création vers Le Créateur « tout abouti à ton Seigneur ». Penche toi et médite sur les paroles du Prophète, que les prières et les bénédictions soient sur lui, lorsqu'il dit : « celui qui émigre vers Dieu et son Prophète alors son émigration sera pour eux. Celui qui émigre pour obtenir ce bas monde ou pour épouser une femme, son émigration sera en fonction de ce pourquoi il a voyagé ». Comprend donc bien ce sujet si tu es doué de discernement.

Je dis que voyager d'un monde pour aller vers un autre c'est voyager de ce qui est autre que Dieu pour rechercher ce qui est autre que Lui. C'est comme celui qui est un ascète dans ce bas monde, qui ne s'est pas coupé de Dieu, recherchant derrière cela la paix du corps, et que le monde vienne à lui, conformément aux parole du prophète que les prières et les bénédictions : « Celui qui délaisse tout pour Dieu, celui-ci lui le comble en lui assurant une subsistance et en lui donnant des bienfaits d'une provenance inattendue. » Et à sa parole : « Celui qui a pour intention l'autre monde, Dieu lui rassemblera tout ce dont il a besoin et l'enrichira dans son cœur, et mettra ce bas monde à son service. »

Ces paroles incluent l'ascète qui cherche à faire partie de l'élite, et avoir des particularités, telles qu’être bien vu par les créatures et recevoir les honneurs, susciter la crainte dans le cœur des gens de manière à être perçu comme quelqu'un de grand. La parole du Prophète (hadith) concerne aussi l'acète qui cherche à faire des miracles ou des choses sortant de l'ordinaire, ainsi que celui qui cherche les châteaux et les vierges du paradis. Tout ceux-là voyagent d'un monde à un autre et quittent un monde pour un autre, et ils sont semblable à un âne qui tourne autour de la meule nuit et jour, toujours au même endroit, le point d'où il part, est le même que celui où il arrive. Celui qui aspire à assouvir son égo en lui laissant des parts, alors son état est comme celui de l'âne qui fait fonctionner une noria en tournant en rond. Il est toujours à sa place, tout en pensant qu'il parcourt les distances pour arriver à ce qu'il demande. Seulement, il ne fait que se fatiguer encore plus et régresser.

Le maître Abou Hassane a dit : « Tiens-toi devant une seule porte, non pas dans le but que des portes s'ouvrent à toi, et elles s'ouvriront à toi. Soumet-toi en étant humble et modeste devant un seul maître, non pas dans le but que les échines se courbent devant toi, et les échines se courberont devant toi. Le Très-Haut a dit : « Il n'y a aucune chose dont les trésors se trouvent ailleurs qu’auprès de Nous. » Ô aspirant on veut de toi que tu élèves ton aspiration en direction du Roi Glorieux et Majestueux, et que tu émigres de la vision des créations pour la recherche de la contemplation du Roi, le Sage dont les décrets sont justes. On veut aussi que tu émigres de l'état nécessitant des preuves et des témoignages, à celui de la contemplation et de l'attestation. Cet état est ce que l'on peut demander de plus haut, c'est l’ultime but. « C'est à ton Seigneur que revient le terme finale. »

Ne quitte donc pas un monde pour un autre auquel cas tu serais comme un âne qui tourne autour de la meule à grain, le point qu'il quitte c'est celui où il arrive. La comparaison avec l'âne est pour démontrer le manque d'intelligence et la compréhension limitée. S'il tirait sa compréhension de son Seigneur, alors il aurait quitté le lot de fortune réservé par son égo et ses passions pour rechercher l'émigration vers la présence de son Maître. Prend donc garde Ô aspirant de ne pas émigré d'une création façonnée vers une autre car elles sont des créatures comme toi. Quitte plutôt la création pour te diriger vers le Créateur. « La finalité est à ton Seigneur. »

Le voyage se fait sous trois conditions. La première est de confier ton aspiration à Lui plutôt qu'un autre que Lui, jusqu'à ce qu'Il submerge ton cœur, et qu’il n'y ait aucun bien-aimé en dehors de Lui. La seconde est de revenir à Lui en s'acquittant des droits, et des devoirs et en fuyant les parts de l'égo. La troisième est d’être en permanence exiler vers Lui, et rechercher Son aide, compter sur Lui, et se soumettre en acceptant ce qu'Il a décidé pour toi.

Le maître Abou Al Hassane a dit : « Il y a quatre choses dont les créatures doivent avoir besoin : n'avoir besoin de rien (c'est à dire avoir Dieu comme richesse), l'amour de Dieu, la sincérité dans la servitude et l'adoration, la certitude dans les décrets Seigneuriaux.

« Mais qui donc est meilleur juge que Dieu pour des gens qui croient avec certitude ? »

Le maître Zarrouq l'a dit, puis il a indiqué qu'il faut chercher l'élévation spirituelle vers Dieu en se détournant de tout autre que Lui. Il a utilisé la parole du Prophète (hadith) sur l’émigration (hijra) que l'on trouve dans le recueil authentique de faits rapporté du Prophète (hadith sahih). Il dit : « et penche toi sur ses paroles (au Prophète), que les prières et les bénédictions soient sur lui :  « celui dont l'émigration (hijra) fût faite en vue de Dieu et de Son Messager, son émigration sera pour Dieu et pour Son Messager et que celui dont l’émigration fût faite en vue de bien de ce bas-monde qu’il veut atteindre ou d’une femme qu’il veut épouser son émigration sera selon son intention. » Comprends donc les paroles du Prophète, que les prières et les bénédictions soient sur lui, médite bien dessus si tu es doué de compréhension, et soumets toi.

Je dis que l’émigration (hijra) signifie changer de pays, aller d'un pays vers un autre, à partir du moment où on sort d'un territoire pour aller vivre dans celui dans lequel l'on s'est déplacé. Ici il y a trois sortes d’émigration : du pays de la désobéissance à celui de l'obéissance, du pays de la négligence et de l'insouciance au pays de l'éveil, du pays des formes au pays des âmes. On peut aussi dire : du pays du Moulk, à celui du Malakout, ou du pays des sens vers le pays des significations, du pays de la science de la certitude vers le pays de la véritable certitude. Celui qui émigre donc de ces contrées pour arriver à la satisfaction de Dieu et de Son Prophète, c'est-à-dire la connaissance de Dieu et de Son prophète, alors son émigration l'amènera à Dieu et à Son Prophète en fonction de son objectif et de son aspiration spirituelle. Celui qui émigre pour accorder des parts réclamées par son égo et ses passions, alors ses objectifs et ce à quoi il aspire seront gâchés. La finalité de son émigration sera donc ce pour quoi il a voulu émigrer. Ainsi son émigration ne fera que lui attirer plus de calamités. Comprend donc Ô auditeur les dires du Prophète, que les prières et les bénédictions soient sur lui « son émigration sera selon son intention. » Médite bien dessus et présente ces dires à ton cœur et à ton égo, et vois si tu as encore des penchants pour ce que tu as quitté, ou s'il persiste en toi une infime partie différente de ce pour quoi tu as émigré, c'est-à-dire la satisfaction de Dieu et de Son Prophète, ou la connaissance de Dieu et de Son Prophète. En effet, Dieu est jaloux et Il n'aime pas que celui qui Le cherche et Le demande recherche et demande à quelqu'un d'autre que Lui dans le même temps. Celui qui a encore en lui des traces de passion ou d'égo ne parviendra pas à lui.

Shushtari a dit : « Si tu désires parvenir à Nous alors la condition est que tu meures. Celui qui pense à lui et se privilégie aux autres en croyant détenir des bienfaits n'arrivera jamais nul part. »

Il a dit aussi : « Celui qui a encore quelque chose en son égo ne parviendra jamais au terme de son voyage spirituel. »

J'ai entendu notre maître Al Bouzidi dire : « si vous voulez savoir si votre égo a émigré de ce monde vers le monde du Malakout ou s'il n'a pas émigré, alors présentez-lui les choses qu'il convoitait et ce vers quoi il penchait, une à une. Si vous constatez qu'il s'en est éloigné et que l'amour de ces choses est sorti de ton cœur sans exception aucune, réjouissez-vous, car vos âmes ont émigré de ce monde vers le Malakout. Par contre, si vous constatez qu'elle reste bloqué sur quelque chose ou qu'elle penche avec amour vers quelque chose de ce bas-monde, combattez-les et sortez-les complètement de vos cœurs, jusqu'à ce que vous émigriez vers votre Seigneur. »

Nous clôturerons ce chapitre par les salutations à ceux qui ont alliés voyage et station spirituel. Ce sont des signes du voyage du cœur de la vision des créatures à la contemplation du Créateur, et nous clôturerons aussi par les salutations à ceux qui ont en eux l'évocation de la paix. Comme il y a un voyage, il y a obligatoirement des indicateurs. Sans cela on s'égarerait du chemin requis. Le maître ouvre ensuite un chapitre en évoquant la compagnie, les conditions et les convenances spirituelles relatives à celui que l'on tient compagnie. Il dit : (Sagesse suivante)

<< Sagesse précédente Sommaire Sagesse suivante >>

Ailleurs sur Âme Horizon

Iqad al-Himam : Sagesse 35

L'autosatisfaction est l'origine de toute transgression négligence et passion. L'origine de toute obéissance vigilance et vertu vient de...

Iqad al-Himam : Sagesse 19

Ne Lui demande pas qu'Il te fasse sortir d'une situation pour qu'il te fasse œuvrer dans une autre, car s'Il l'avait voulu Il t’y aurait employé sans te faire sortir de ton...


Commentaires (0)

Nouveau commentaire