Iqad al-Himam : Sagesse 46

Publié le 28/03/2018 par Karim C 0

Sagesse précédente Sommaire Sagesse suivante

Les bonnes oeuvre résultent de bons états spirituels, les bons états spirituels proviennent de la réalisation des stations spirituelles qui sont descendues.

 

Je dis : Les œuvres sont les mouvements que s’efforce de faire le corps, les états spirituels sont les mouvements appliqués que fait le cœur et les stations spirituelles sont les instants où le cœur se repose avec tranquillité.

Par exemple : dans le cas de la station spirituelle de l’ascèse et du détachement, le cheminant y accède lorsqu’il s’efforce à abandonner ce bas-monde et ses causes. Vient ensuite l’effort de patienter dans la pauvreté qu’entraîne le détachement de ce monde et ce jusqu’à ce que ce soit pour lui un état. Puis le cœur se tranquillise car il goutte les délices de la pauvreté, le voilà alors entrer dans la station spirituelle de l’ascèse et du détachement.

De même, pour la confiance en Dieu et pour s’en remettre totalement à Lui. Il y a l’effort de l’abandon des causes, il faut ensuite s’attacher avec patience et constance à l’amertume que peut apporter le décret divin jusqu’à ce que cela devienne un état. Puis le cœur se tranquillise car il a gouté aux délices de la patience face aux décrets, et s’installe alors la station spirituelle de la patience.

De la même manière, pour la station spirituelle de la connaissance, cela commence par l’effort d’œuvrer extérieurement en cassant les habitudes de l’égo. Puis vient l’effort de rechercher la connaissance et de valider certaines connaissances déjà acquises, jusqu’à ce que cela devienne un état. Et lorsque l’âme se stabilise et se tranquillise dans cette étape, le cheminant est placé dans la station spirituelle de la connaissance.

Les états spirituels sont des dons et des faveurs divines, les stations spirituelles sont des acquisitions. Cela veut dire que les états spirituels sont des dons et des faveurs qui viennent comme récompense pour les œuvres. Si les œuvres persistent quotidiennement et que l’état spirituel se prolonge alors il devient une station. Comme l’indique leur nom, les états spirituels varient, ils vont et viennent, et dès que le cœur réside et prend place en s’appropriant la signification subtile d’un état, alors l’état devient une station. C’est donc une acquisition qui se fait suite à des actes continus.

Sache que l’état et la station sont caractérisés par une science des œuvres bien spécifique à chacun. La naissance de l’état spirituel se rapporte à un savoir et à la science, qui se traduit en action, puis qui devient un état. La naissance de la station spirituelle se rapporte elle aussi tout d’abord au savoir et à la science, puis se savoir se traduit en œuvres jusqu’à devenir un état, puis devient une station. Et Dieu est plus Savant.

Le signe qui prouve que les bienfaits qui sont descendus a été acquis, est un bon état spirituel, les signes que l’on a un bon état spirituel sont les bonnes œuvres effectuées. Mener à bien une œuvre et essayer de s’en acquitter avec excellence est le résultat de bons états spirituels. Les bons états spirituels sont le résultat de la réalisation et de l’acquisition des stations spirituelles dans lesquelles nous avons été placé. Il est aussi possible de dire : Les bons états spirituels sont la marque de la réalisation des stations spirituelles dans lesquels le serviteur a été mis. Les bonnes œuvres sont la marque de bons états spirituels.

La réalisation d’une station spirituelle et la persistance en celle-ci par un état spirituel est un acte interne dont les répercussions externes sont visibles par les œuvres du corps et de ses membres. En résumé, les mouvements du cœur montrent s’il est sain ou corrompu. Comme l’a dit le Prophète, que la prière et les salutations soient sur lui : « Il existe dans le corps un morceau de chair qui lorsqu’il est sain, tout le corps est sain et lorsqu’il est corrompu, tout le corps l’est également. Il s’agit du cœur ». Par exemple, lorsque le cœur réalise le détachement de tout autre que Dieu et que ce détachement provient d’un état spirituel ou d’une station spirituelle, cela apparaît sur les membres du corps par la confiance en Dieu. Les membres ne comptent alors que sur Lui et ils essaient moins d’avoir recours aux causes les faisant changer d’état. Comme l’a dit le Prophète : « L’ascète n’est pas celui qui rend illicite le licite ou qui dilapide ses biens, l’ascète est celui qui fait plus confiance à ce qu’il y a entre les mains de Dieu qu’entre les siennes ».

Abou Bakr Siddiq apparut en songe à Abou Hassan Shadhili et lui dit : « Les signes qui montrent que l’amour de ce bas-monde a été expulsé du cœur sont que tu dépenses avec générosité ce que tu possèdes et, que tu ressentes de la sérénité et de l’apaisement lorsque tu perds ce bas-monde. Les signes de la réalisation par l’enracinement dans la station spirituelle de la confiance totale en Dieu, sont l’apaisement et la tranquillité lorsque l’on essaye de provoquer des causes. Le signe de la réalisation par l’enracinement dans la station spirituelle de la connaissance, sont la bienséance interne et externe, ainsi que le bon comportement avec tout être vivant ».

Abou Hafs Al Haddad a dit : « Le bon comportement et la bienséance externe sont les signes du bon comportement et de la bienséance interne, voilà pourquoi le Prophète, que la paix et les salutations soient sur lui, a dit : « Si ce cœur-là s’humilie et s’emplit de crainte, alors tous les membres s’humilient et s’emplissent de crainte. ». » Rapportes toi à la sagesse qui a été précédemment évoquée : La nature des œuvres s’est diversifiée, afin que descendent différents états spirituels. Il y a dans ce que nous venons d’évoquer plus d’explications concernant le domaine de cette sagesse. Et Dieu est le plus Savant.

Sagesse précédente Sommaire Sagesse suivante

Commentaires (0)

Nouveau commentaire