Iqad al-Himam : Sagesse 57

Publié le 28/03/2018 par Karim C 0

Sagesse précédente Sommaire Sagesse suivante

La lumière est liée au dévoilement, la vision spirituelle à la sagesse, et le cœur décide d'accepter ou de refuser.

La fonction de la lumière est de dévoiler les choses et de les rendre visible jusqu’à ce que leurs aspects bénéfiques apparaissent au détriment des mauvais aspects. La fonction de la vision spirituelle est de juger le bien par le bien et d’avoir un jugement sur les mauvaises choses en fonction de leurs aspects néfastes. Le cœur lui, accepte et se dirige vers ce qui est manifestement bien et s’oppose à ce qui est clairement défini comme étant mauvais. Il accepte et se dirige donc vers ce qui lui est bénéfique, tandis qu’il s’oppose à ce qui lui est nocif. Pour illustrer cela prenons cette métaphore : Un homme entre dans une pièce sombre qui contient des scorpions et des serpents mais aussi des lingots d’or et d’argent. En raison de l’obscurité il ne sait ni ce qu’il doit prendre ni ce qu’il doit laisser, ni ce qui est bénéfique ni ce qui représente un danger. Si en revanche il entre dans une pièce avec une lanterne alors il voit ce qui lui est bénéfice et ce qui peut lui porter préjudice, il sait donc se diriger vers ce qui est saint et éviter ce qu’il faut. Le croyant désobéissant est semblable à l’homme qui rentre dans une pièce sombre sans lanterne, il ne sait pas faire la distinction entre l’amertume de la désobéissance et la douceur de l’obéissance. Si la lumière de la crainte prend de l’ampleur et s’affirme, il s’agît dans notre métaphore de la lanterne, le croyant sait ce qui lui est bénéfique et préjudiciable. Il sait différencier le Vrai du faux.

Dieu le Très-Haut dit : « Ô vous qui croyez ! Si vous craignez Dieu, Il vous accordera le discernement ». C’est-à-dire qu’Il accordera à Son serviteur une lumière lui permettant de discerner le Vrai du faux. Dieu le Très-Haut dit aussi : « Celui qui était mort, que Nous avons ressuscité et à qui Nous avons donné une lumière avec laquelle il marche parmi les hommes est-il semblable à celui qui se trouve dans les ténèbres d’où il ne sortira jamais ? C’est ainsi que les actions des mécréants ont été enjolivées à leur yeux ». Dieu le Très-Haut dit encore : « Celui dont Dieu a ouvert la poitrine à l’Islam est guidée par une lumière venue de son Seigneur. Malheur à ceux dont les cœurs sont endurcis au rappel de Dieu ! Ceux-là sont plongés dans un égarement manifeste ». La lumière dont il est question est celle qui révèle les faits, c’est la lumière de l’inspiration qui est la monture des cœurs menant au monde des mystères dont on a parlé plus haut. Cette lumière comprend celle de la prise de conscience et grâce à celle-ci, l’obscurité de la négligence disparaît et l’éveil lumineux se produit. Le cœur, tant qu’il évoque son Seigneur, accepte et va vers ces lumières tout en repoussant ce qui l’amène à négliger son Maître, voilà la lumière des chercheurs. Il y a aussi la lumière de l’avancée et du rapprochement grâce à laquelle les ténèbres de l’altérité sont repoussés jusqu’à disparaître, laissant place aux délices de la connaissance et des secrets, c’est la lumière du cheminant. Par la lumière de l’inspiration de celui qui est parvenu à la fin de son cheminement, l’obscurité de la création disparaît et le manteau de la préservation est revêtu. La lumière des manifestations du Créateur apparaît, permettant au cœur de se préparer à la contemplation de son Maître, veillant soigneusement à ne pas se pencher sur un autre que Lui, voilà la lumière de ceux qui sont parvenus au bout du chemin spirituel. C’est la lumière du lien direct, celle qui vient avant la lumière de l’orientation.

Pour parler des trois lumières précédemment évoquées on peut aussi dire qu’il s’agit des lumières de l’Islam, de la Foi et de l’Excellence. La lumière de l’Islam efface l’obscurité de l’incrédulité et de l’obéissance pour faire briller les lumières de la conformité et de l’obéissance. Avec ces lumières, la vision spirituelle voit la laideur de l’incrédulité et de la désobéissance et les juges en tant que tel, de même la lumière de l’Islam et de la conformité sont perçues comme elles doivent l’être. Le cœur accepte la lumière et s’approche de l’obéissance, il s’écarte et rejette tout ce qui pourrait l’éloigner de son Seigneur. Ensuite la lumière de la Foi fait disparaître le polythéisme caché et fait apparaitre la sincérité et la véracité indéfectible. La vision spirituelle perçoit le polythéisme et ses méfaits, elle perçoit aussi les bienfaits de l’Excellence. Le cœur penche alors du côté de l’Unicité de son Seigneur et se détourne du polythéisme et ses maux. La lumière de l’Excellence quant à elle, dissipe l’obscurité de l’altérité et fait apparaître au grand jour de la lumière l’existence du Maître. De cela, la vision spirituelle réalisé à quel point ce qui est contingent est obscure et comme la bienfaisante lumière de Celui qui a créé la contingence est belle. De nouveau le cœur se déplace, pour se rapprocher et s’attacher à la connaissance de son Maître, il occulte au passage tout ce qui est autre que Dieu.

On peut aussi dire de ces lumières qu’il s’agît des lumières de la Loi, de la Voie et de la Réalité Spirituelle. Tout d’abord la lumière de la Loi dissipe l’obscurité engendrée par l’oisiveté et la négligence. Elle instruit la lumière de l’effort et de l’application. Alors, la vision spirituelle considère l’oisiveté comme étant néfaste et l’effort comme étant bénéfique. Le cœur accepte cette lumière et tend vers l’effort des membres dans l’obéissance de son Maître, tout en s’écartant l’inactivité et des passions. La lumière de la Voie, elle, dissipe l’obscurité des fautes et des défauts, elle fait apparaître de cela, la beauté de la pureté et les fruits qui en découlent en termes de connaissances des mystères. Le cœur, imprégné par cette lumière, s’attache alors à tout ce qui amène à la purification et évite tout ce qui pousse au délaissement de la purification ou ce qui enjolive la réalité. Enfin, la lumière de la Réalité Spirituelle détruit les ténèbres des voiles du cœur et lui montre les qualités et les bienfaits des bien-aimés de Dieu. Elle dissipe l’obscurité de la création et laisse apparaître les lumières de la contemplation et du témoignage. Le cœur penche alors vers la vision des bien-aimés derrière le voile et il rejette ce qui le coupe de la bienséance avec les bien-aimés. Que Dieu nous permette de faire à jamais partie de ces gens-là dans ce bas-monde et dans le monde de l’au-delà, le monde de la paix éternelle. Amine.

 L’origine de toute lumière et de tout secret est l’obéissance à Dieu, et l’origine de toute obscurité et de tout voile est la désobéissance à Dieu. Le signe qui prouve que le cœur est vivant, est la réjouissance qu’il éprouve lorsqu’il obéit à Dieu et la tristesse qu’il éprouve lorsqu’il Lui désobéit. Le maître attire l’attention sur ce qui amène à la joie, c’est-à-dire l’obéissance, qui est la cause de l’illumination des cœurs et de l’ouverture de la porte des mystères. Il dit ensuite : (Sagesse suivante)

Sagesse précédente Sommaire Sagesse suivante

Commentaires (0)

Nouveau commentaire