Iqad al-Himam : Sagesse 58

Publié le 28/03/2018 par Karim C 0

Sagesse précédente Sommaire Sagesse suivante

Que ton obéissance ne te réjouisse pas du fait qu'elle provienne de toi, mais réjouis-toi car Dieu l'a faite jaillir en toi. Dis : «Ceci provient de la grâce de Dieu et de Sa miséricorde ; Voilà de quoi ils devraient se réjouir. Il est bien mieux que tout ce qu'ils pourraient amasser.

Je dis : Ici, privé signifie être coupé, être tenu à l’écart. Si le maître utilise le mot « privé » c’est parce qu’il s’agît du mot le plus simple et le plus évident pour comprendre la protection contre tout mal dont il est question à travers ce mot. Dans sa sagesse, il y a aussi l’idée d’insuffisance et d’imperfection que le maître a voulu transmettre. Sinon il aurait dit : « On a coupé les cheminants da vision de leurs œuvres et de leurs états, quant à ceux qui sont parvenus jusqu’à Lui, on les a coupés de la contemplation de leur propre existence. »

Le maître a donc utilisé cette tournure dans sa sagesse car les cheminants, de par leur état de cheminants, n’ont pas encore atteint la sincérité totale envers Dieu. Et ceux qui sont arrivés à Dieu, eux, ne voient rien d’autres en dehors de Dieu. Cela signifie que le Très-Haut à privé les cheminants et ceux qui sont parvenus à Lui de la vision de leurs actes externes et de leurs états internes. Les cheminants se préoccupent continuellement d’eux-mêmes. S’il émane d’eux un bienfait qui leur fait connaitre l’éveil, ou s’ils sont pris d’extase, ils ne voient ceci que sous le prisme de l’imperfection et des lacunes. Quant à ceux qui sont parvenus à Dieu, ils ont trop de pudeur envers Dieu pour compter sur leurs œuvres ou s’en enorgueillir. Leurs états et leurs œuvres sont occultés à leur regarde, ils ne comptent que sur la grâce de Dieu. La sincérité est le cœur et le secret du monothéisme pur et de la véracité. Les cheminants, eux, n’ont pas encore réalisé le secret de la sincérité dans leurs œuvres, ils ne la voient pas et ils n’en disposent pas non plus.

On a interrogé un Connaissant sur les signes de l’acceptation d’une œuvre, il a dit : « Tu l’oublies et tu es totalement privé de sa vision. La preuve de cela est la parole du Très-Haut : « La bonne parole monte vers Lui et Il élève l’œuvre pie. » »

Zayn Al Abidine dit : « Toute chose que tu fais et qui reste à portée de ta vue, c’est une preuve que ton œuvre n’est pas acceptée car ce qui est accepté est élevé auprès de Dieu et tu y es occulté. Ce que tu ne vois pas est une preuve d’agrément ». Ceux qui sont parvenus à Dieu se sont annihilés à leur personne, ils sont absents de tout et ne sont présent que dans la vision de Celui qu’ils adorent. Tous leurs mouvements et toutes leurs immobilités se font par Dieu, pour Dieu et en Dieu. Il est impossible de Le voir, Lui et un autre que Lui. S’il émane de ces gens une œuvre ou un bienfait ils n’y voient que Dieu.

On raconte d’Al Wasiti, que la Miséricorde de Dieu soit sur lui, que lorsqu’il rentra à Nishapour, il demanda aux compagnons : « Que vous à ordonner votre maître ? ». Ils lui répondirent : « Il nous a ordonné de regarder à s’attacher aux œuvres pieuses et à voir nos manquements ». Al Wasiti répondit : « Il n’a fait que vous poussés au magnanisme pur. Ne vous a-t-il pas ordonné de ne pas voir vos œuvres mais plutôt Celui qui en est à l’origine et qui les fait se produire ? ». Al Qushayri a dit : « Il voulait les protéger des dangers de l’auto-admiration et les pousser à la bienséance spirituelle. »

Le mot privé renvoi au Vrai, loué soit-Il. Concernant les cheminants et ceux qui sont parvenus à Dieu et qui lui sont rattachés : Sache que le cheminant, dans les paroles du maître Qushayri, ce sont ceux que Dieu a réjoui par les actes d’obéissances, car les actes d’obéissances sont des indications d’agrément. Il ne faut pas se réjouir de la vue de ces actes d’obéissance, mais il faut se réjouir car ce sont des dons de Dieu, ainsi le cheminant ne voit plus ses œuvres mais la marque de Dieu. Ceux qui sont parvenus à Dieu, sont ceux qui se réjouissent de Dieu et de rien d’autre en dehors. Et Dieu le Très-Haut est le plus Savant.

Sagesse précédente Sommaire Sagesse suivante

Commentaires (0)

Nouveau commentaire